Les sentinelles T. 1 et 2 (DORISON/BRECCIA)

Publié le par Julien P.



Cette semaine sortent aux éditions Delcourt les deux premiers tomes de la série Les Sentinelles (Xavier DORISON au scénario et Enrique BRECCIA au dessin). Seul le second est inédit, puisque les éditions Robert Laffont avaientt déjà publié le premier numéro début 2008... juste avant de céder son catalogue à Delcourt. C'est donc l'occasion pour l'éditeur de faire une sortie groupée - de plus en plus fréquente pour la bande dessinée européenne - agrémentée pour chaque tome de bonus (respectivement un carnet des auteurs et un faux journal d'époque).
D'ailleurs j'ouvre une petite parenthèse pour faire remarquer que l'édition chez Robert Laffont était bien mieux pensée, la couverture étant dans un ton qui rappelé les affiches d'époque.

La première édition chez Robert-Laffont - un pari osé sur le plan graphique

En bref l'histoire propose un nouvel éclairage super héroïque de la Première Guerre Mondiale. En effet Taillefer est un super héros français née de la science et de la guerre au cours de l'été 1914. Taillefer, croisement entre Iron-Man et Captain America, est un personnage très intéressant dans son concept tant il est rare d'en croiser de tel dans la bande dessinée française. C'est d'ailleurs ce qui m'a intéressé en premier lieu (parce qu'à part Superdupont il n'existe pas grand chose dans le genre...). Au passage l'existence d'un personnage si porté sur le patriotisme peut étonner - même si pour le moment dans ce domaine on n'atteint pas les sommets de certains titres américains.

Le scénario tient la route, malgré un premier tome introductif qui manque sérieusement de charisme et d'émotion (la création de Taillefer fait pâle figure face à celle de ses cousins anglo-saxons). Les personnages sont attachants, malgré quelques stéréotypes (le pacifiste, le savant fou, le militaire motivé par sa seule carrière, ...). L'histoire suit de près la grande Histoire, et DORISON semble bien connaître la période.
Ce qui risque d'être moins le cas d'Enrique BRECCIA, jeune artiste argentin. Or il faut souligner que lui aussi a dû bien se documenter, car le conflit de la Grande Guerre est très bien restitué la plupart du temps. D'ailleurs certaines cases sont des photos ou des cartes postales d'époque, parfois retouchées et bénéficiant d'ajouts dessinés. Un travail intéressant mais qui dénote un peu dans une page. Là où le dessinateur est moins bon, selon moi, c'est dans sa mise en page. Souvent brouillonne notamment à cause d'un placement des cases en "escalier" ; ce qui fait que la dernière case se retrouve parfois à la même hauteur que celles de la bande située en dessous. Mais sinon c'est réalisé impeccablement avec des influences qui m'ont fait penser en vrac à MOEBIUS, BILAL, ou les peintres expressionnistes espagnols.
Toutefois il ressort de l'ensemble une impression un peu mitigée. Deux tomes sympathiques, mais pas fondateurs de ce qui aurait pu être un genre super héroïque français mature. J'attends toujours mon "Captain France"...
Mais tout cela m'a donné envie de me plonger un peu plus dans le travail de DORISON - le scénariste français qui monte - en lisant enfin le premier tome de Long John Silver qui traîne depuis plusieurs mois sur le haut de mon étagère. Et puis en regardant Les Brigades du Tigre, dont il a écris le scénario avec Fabien NURY.

Commenter cet article

Vincent 17/10/2009 15:42


Effectivement X. Dorison est un futur grand scénariste de la bd et je ne peux que t'encourager à lire Long John Silver (si tu lis le 2e tome, dis moi ce que tu en penses, je me suis arrêté au 1er)
et aussi le premier XIII Mystery (si ce n'est déjà fait) qui a le mérite relancer un série qui s'embourbait.


Julien P. 17/10/2009 15:46


C'est en attente d'une lecture. Effectivement il semble que le XIII Mystery est bien écrit, ce pourquoi il a été bien acceuilli malgré un énième numéro d'une série qui tire en longueur.


Clem 26/05/2009 18:54

t'es trop grave ^^ bisous bisous