DMZ : la peur des "Etats Désunis"

Publié le par Julien P.

La couverture du tome 2 de DMZ : Le Corps d'un Journaliste

DMZ : de l'anglais demilitarized zone ; en clair une zone tampon entre deux territoires en guerre.
États Désunis : expression pour désigner les États-Unis divisées en états indépendants.

L'excellent magazine L'effet Papillon (les samedi à 12h40 sur Canal+ en clair) a réalisé un reportage lors de son émission du 3 octobre 2009 intitulé "Les États Désunis". Ce dernier nous présentait la montée du sentiment indépendantiste dans certains états américains (notamment au Texas). En effet depuis une dizaine d'années dans tous les États-Unis, des groupes de protestation se sont organisés pour réclamer la sécession de leur état. Plutôt ancré à droite, ce mouvement connaît une forte progression dans un contexte de crise économique et de gauche au pouvoir.
Comme le montrait très bien le reportage, leur volonté est qu'à terme l'état fédéral implose. Ces américains n'hésitent pas à crier leur haine des États-Unis (avec des slogans étonnants comme : "États-Unis dehors!").
Si ce genre de scénario devait se produire, on imagine bien son ampleur géopolitique pour le monde entier. Les États-Unis - désorganisés et affaiblis - ne pourraient plus assurer leur rôle de superpuissance.
En parcourant Internet on s'aperçoit que certains jouent encore plus le scénario apocalyptique. Ainsi le site agoravox fait le bilan de la situation et n'hésite pas à reprendre les propos d'un certain PANARIN, professeur Russe. Ce dernier affirme qu'il y a plus d'une chance sur deux pour que d'ici un an les États-Unis se soient morcelés en six zones indépendantes - chacune placée sous l'aire d'influence des autres puissances mondiales. Un scénario un brin tordu que je vous laisse le plaisir de découvrir ici : link

Malgré tout la situation est bien sérieuse ; elle est à suivre dans les mois qui viennent. Mais si vous souhaitez vraiment vous faire une idée de ce que donnerait des États-Désunis, je vous conseille la lecture de DMZ.
DMZ est un comic publié depuis 2005 par DC Comics sous le label Vertigo (destiné à un public mature), écrit par Brian WOOD et dessiné par Riccardo BURCHIELLI. Panini Comics le publie de son côté en Français depuis 2007.
L'histoire se situe dans un futur proche, où les États-Unis sont entrés dans une nouvelle guerre de sécession opposant deux camps, les États-Unis d'Amérique et les États Libres. La frontière de l'affrontement se situe à New-York, où l'île de Manhattan a été transformé en zone démilitarisée (d'où le titre  DMZ). Peuplée de quelques rescapés, la vie quotidienne y est difficile. C'est dans cet enfer que le jeune journaliste Matthew ROTH habite et qu'il réalise ses reportages de guerre pour sensibiliser l'opinion.


Le journaliste Matthew ROTH en pleine DMZ, croqué par Riccardo BURCHIELLI

Brian WOOD dépeint donc un futur bien sombre où les rues de Manhattan n'ont plus rien à envier aux champs de ruines de Bagdad. DMZ a été imaginé au début de l'invasion irakienne : on sent que l'auteur cherche à avertir ses concitoyens des dangers d'être tourné vers l'occupation de pays lointains et de l'importance des liens qui unissent les habitants de son pays. En règle générale la série traite des problèmes actuels de l'Amérique, comme par exemple du danger que constitue l'apparition d'armées privés (dans le très bon troisième tome : Travaux Publics).

DMZ est un comic adulte qui fait réfléchir. Après bientôt cinq ans d'existence, le futur apocalyptique qu'il nous présente n'a jamais semblé si proche comme nous le rappelle le reportage de L'Effet Papillon.

Vous pouvez retrouver les 5 tomes de DMZ aux éditions Panini Comics.

Publié dans Comics

Commenter cet article

mister O. 05/10/2009 19:22


Bonsoir

ça ne fait pas longtemps que j'ai découvert votre blog, mais j'apprécie tout particulièrement la pertinence des commentaires, notamment ce dernier qui raisonne avec l'actualité


Julien P. 06/10/2009 01:02


Merci du compliment. Effectivement je m'efforce de rebondir sur l'actualité mais toujours d'un point de vue "geek".
Car être geek ce n'est pas juste lire des manga et regarder les séries TV à la mode.